04 junio 2009

Europa …40 % de votants ?

Les élections européennes se profilent avec un taux d’abstention qui se situerait autour de 60 % !...

C’est désolant.

Autant les partisans que les opposants, tous se retrouvent pour dire l’importance de l’U.E. dans la vie quotidienne de chacun et le rôle grandissant du Parlement européen dans la prise de décision à ce niveau.

Pourtant… qui connaît le nom des députés européens élus dans sa circonscription à la dernière élection ? Qui connaît, hors quelques uns que l’on peut compter sur les doigts d’une main, des noms d’élus qui siègent à Strasbourg au nom de la France ? Qui sait quels sont leurs votes à Strasbourg, quel est le travail qu’ils ont fait pendant 5 ans ?...

On apprend par les journaux, en guise de compte-rendu de mandat, leur manque d’assiduité. Si elle n’est pas inférieure à 50 %, c’est parce que leur indemnité de fonction serait alors réduite !

Mais on sait que les ambitions sont grandes : 161 listes homologuées pour 8 zones de vote en métropole. 24 listes pour le grand sud-ouest… se disputant 10 sièges !...

Deux défauts dans la constitution de ces listes.

Les grands partis les considèrent comme un moyen de recyclage des personnalités qui n’ont pas pu avoir plus de place au plan national, ou dont on doit assurer un passage au purgatoire en attendant des jours meilleurs.

Les petits partis et les groupements constitués pour l’occasion cherchent à élargir leur audience ou à se faire connaître en trouvant là une tribune qui donne une résonnance à leurs idées… et, proportionnelle oblige, leur permettant de grappiller un ou plusieurs sièges qui aident à financer pendant 5 ans un appareil renforcé par la prise en charge d’attachés et de frais divers de secrétariat.

L’opinion courante croit que la proportionnelle favorise la représentation de ceux qui ne partagent pas les options majoritaires : La multiplication des listes, donc des options politiques offertes aux électeurs, devraient ainsi prendre en compte davantage de nuances dans le vote et mieux correspondre à l’expression des électeurs… et, pourtant, cela ne semble ni mobiliser ni inciter à voter. Bien au contraire, l’abstention va atteindre un record de désintérêt !...

S’il y avait eu un rejet majoritaire de l’U.E., l’on aurait assisté à une mobilisation importante, comme ce fut le cas en 2005, par rapport au traité « constitutionnel ». Ce désintérêt traduit l’ignorance des enjeux que le simple citoyen ne comprend plus. Dommage que seules les condamnations puissent attirer les électeurs… L’indifférence des citoyens est une grave atteinte à la démocratie.

Le comportement des partis faisant de ce vote un test national pour ou contre la majorité en place, mais évitant tout débat réaliste des évolutions de l’U.E., n’encourage pas à un vote dont les effets parlementaires directs à Strasbourg deviennent secondaires par rapport à l’objectif national proclamé.

Le Monde du 26 mai résumait les campagnes depuis 1979 par le titre « l’Europe ne tombe jamais bien » et par « 2009 encore raté. » La question est que l’on ne parle de l’Europe qu’au moment des élections au Parlement de Strasbourg sinon pour la désigner comme bouc émissaire de ce qui ne va pas. Il est rare que l’on parle de ses interventions bénéfiques.

J.M. Colombani disait ce matin sur France Inter qu’après qu’Elmunt Kohl eût abandonné l’idée des Etats Unis d’Europe, « le couple » Chirac-Schroeder s’efforça pendant 8 ans d’affaiblir la Commission pour en rester à une Europe des nations dominée par les gouvernements. Ainsi chacun a décidé dans son pays, aujourd’hui, comment sortir de la crise sans une politique économique commune.

Faute d’institutions fortes et de politique claire admise par les 27, tant que la règle de l’unanimité ne sera pas dépassée, les media ont tendance à mettre en évidence les conflits plutôt que les consensus qui positivent la vie quotidienne.

Au final cela ferait 40 % de votants attendus le 7 juin.

Raymond BELTRAN

Le 29 mai 2009

31 mayo 2009

CAÑIZARES O LA LÓGICA PARA OBTUSOS

capa_ca_izares

¿Por qué ha comparado Cañizares la practica del aborto que se va a regularizar en nuestro país con la pederastia practicada desde el seno de la institución eclesial? No nos equivoquemos. No es un error de incontinencia verbal. Tampoco una comparación entre extremos que al ser "ciertos" la hacen "exacta" (Mayor Oreja dixit), aunque pueda ser desafortunada. Ni siquiera la expresión lógica en un obtuso coronado con mitra. Se trata de una pérfida elaboración de una lógica para obtusos, dirigida a unas ovejas fieles a la obediencia ciega, que aceptan no traspasar la mayoría de edad mental, a fin de mantenerles en su condición de tales.

Con la comparación se pretende matar dos pájaros de un tiro: Evitar que el conocimiento de las atroces violaciones de menores cometidas por eclesiásticos contribuya a la sangría de fieles devotos que la iglesia católica viene experimentando y para ello nada mejor que mostrarles que por muy monstruosa que les parezca tales conductas en la casta de los prelados -a quienes deben seguir obedeciendo- nada comparable a los horrores que se perpetran en la sociedad fuera de la Iglesia. Negada la mayor, ¿qué importa la menor? Es el mismo tipo de razonamiento con que los sacerdotes tranquilizaban a los torturadores en la dictadura de Pinochet: si la iglesia ha llegado a justificar la ejecución de seres humanos en determinados casos, ¿por qué no aceptar la destrucción de la "parte" que representa la extracción de las uñas o de los ojos?

Lógica para obtusos. Hace tiempo que la Iglesia católica abandonó la tentativa de usar la razón para enfrentarse a la razón de las ciencias y a la de las filosofías amparadas en ellas. Hoy parece aspirar a subsistir apoyándose en la extendida puerilidad de quienes, para evitar el esfuerzo del aprendizaje, están dispuestos a aceptar hasta lo que les dicen las cartas del tarot. ¿Para que esforzarse en comprender la diferencia entre un cigoto, una blástula, un feto y un niño, con lo fácil que lo pone la iglesia al decir que todo es lo mismo y que acabar con cualquiera de ellos es homicidio? Da grima que filósofos como Jesús Mosterín tengan que dirigirse a adultos recordándoles cosas tan elementales de parvulario como que "Una bellota no es un roble. Una oruga no es una mariposa. Un embrión no es un niño", o tirarle de las orejas a la Iglesia recordándole que si bien nunca sobresalió por su nivel científico, al menos en el pasado sabía distinguir entre el ser en potencia y el ser en acto.

Da vergüenza ajena tener que combatir a estas alturas la lógica para obtusos, impartida por Cañizares y secundada por Mayor Oreja, recomendando el"¡sapere aude!" kantiano: ¡atrévete a pensar! Quizás no sea posible que con ello el ser humano adquiera la mayoría de edad, como pretendía la Ilustración, pero tal vez pensando un poquito al menos se deje de ser oveja.

Jesús Espasandín López. (Miembro de la Asociación Laica de Rivas)