30 junio 2009

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 26 JUIN 2009 ENTRE LES REPRESENTANTS DES ORGANISATIONS HUMANISTES ET LES PRESIDENTS DE LA COMISSION EUROPEENNE Y PARLEMENT EUROPEEN

LAssociation Européenne de la Pensée Libre (AEPL) était représentée par Alan Frommer et Tony Van der haegen. Etaient présentes en plus de l AEPL, les associations non confessionnelles suivantes :

  • FEDERATION HUMANISTE EUROPEENNE
  • M. David Pollock – Président M. Rob Buitenweg – Vice Président
  • ASSOCIATION EUROPEENNE DE LA PENSEE LIBRE
  • M. Alan Frommer – Président M. Tony van der haegen – Vice Président
  • CENTRE D’ACTION LAIQUE (Belgique)
  • M. Pierre-Arnaud Perrouty – directeur de la Cellule Europe et International
  • GRAND ORIENT DE BELGIQUE
  • M. Jef Asselbergh – Grand Maître Adjoint
  • FEDERATION ESPAGNOLE DU DROIT HUMAN
  • M. Manuel Lopez Alvarez – Président M. Gonzalo Tapia Suarez – Vice Président
  • GRANDE LOGE SYMBOLIQUE ESPAGNOLE
  • M. Eddy BONTE – Grand Conseiller
  • GRAND ORIENT DE FRANCE
  • M. Pierre Lambicchi – Grand Maître M. Patrice Billaud – Grand Officier pour les Affaires Extérieures
  • GRANDE LOGE FEMININE DE FRANCE
  • Mme Yvette Nicolas – Grande Maîtresse Mme Catherine Charles
  • FEDERATION FRANÇAISE DU DROIT HUMAIN
  • M. Michel Payen – Président Mme Denise Thessier – Vice Présidente
  • ORDRE MAÇONNIQUE INTERNATIONAL DELPHIE (Grèce)
  • M. Vassilios Patkas – Grand Maître M. Ina Piperaki – Affaires Extérieures adjointe
  • GRANDE LOGE D'ITALIE
  • Prof. Luigi Pruneti – Grand Maître Mme Lina Rotondi – Grande Chancelière Adjointe
  • GRANDE ORIENTE LUSITANO (PORTUGAL)
  • Prof. António Reis – Grand Maître
  • NATIONAL SECULAR SOCIETY (UK)
  • M. Keith Porteous Wood – Executive Director M. Stephen Evans – Administrator

 

M.Barroso, président de la Commission européenne et M. Pöttering, président sortant du Parlement européen étaient accompagnés des Commissaires Louis Michel (Développement et Aide humanitaire) et Jan Figel (Éducation , Formation, Culture et Jeunesse), de M. Das Neves, responsable auprès de M.Barroso du Dialogue avec les institutions européennes,

Après une brève introduction par M.Barroso, M.Pöttering a mis l accent sur l importance de l apport des groupes religieux et non-confessionnels. Il a souligné qu ils partagent des valeurs comme celle de la dignité humaine et fait le même constat à propos des valeurs de solidarité et des droits de l homme. Il a insisté sur le fait que l Europe a un rôle important à jouer dans le monde dans la défense de ces valeurs communes. Nous devons tous coopérer pour les promouvoir.

M.Lambicchi, Grand Maître du Grand Orient de France, a souligné toute l importance de la laïcité, ce qui ne signifie pas qu elle soit synonyme d hostilité vis-à-vis des religions. Il est essentiel que tous nous cohabitions en armonie.

Notre président, Alan Frommer, a indiqué en exergue que nous avions consulté nos membres en préparation de la présente réunion. Une des raisons majeures de la crise économique est que l homme a été oublié tout au long de la quête de profits, toujours plus nombreux, à court terme, et ceci en contradiction avec nos valeurs humanistes. Parmi les mesures que nous voudrions que l Union Européenne prenne, citons plus de formation pour une société fondée sur le savoir, davantage de recherche scientifique libre de toute ingérence des groupes religieux, en particulier dans les domaines concernant le bien être. Nous attachons une très grande importance à l environnement et souhaitons que l Union mène une politique économique qui préserve la planète. Nous attendons de l Union qu elle prenne plus de mesures en faveur d une politique commerciale internationale qui protège à la fois l environnement et les droits de l homme.

Alan Frommer a qualifié de « parent pauvre » la politique sociale de l Union. Nous voulons que les Institutions européennes fassent en sorte que la politique sociale ne soit pas la principale victime de politiques qui visent à réduire les déficits des Etats membres. La solidarité est une valeur très importante pour l AEPL. En ce qui concerne l immigration, il a déclaré que l immigration est la solution par excellence au problème démographique de l Europe, tout en posant un problème en soi. En tant qu association humaniste, nous pensons que tous les immigrés, qu ils soient légaux ou illégaux, doivent être traités avec humanité. Comme beaucoup d entre eux ont une culture très différente de la culture européenne, nous devons les aider à acquérir des valeurs laïques afin qu ils puissent s intégrer harmonieusement. LEurope ne doit cependant pas priver les pays qu elle a quittés des ressources humaines nécessaires à leur développement. La solidarité étant une valeur universelle, nos membres entendent que l Union européenne pratique une solidarité étant une valeur universelle, nos membres entendent que l Union européenne pratique une politique envers les pays en développement qui les aide à surmonter la pauvreté.

Notre vice -président, Tony Van der haegen , a déclaré que nous étions opposés à une lecture sélective des droits de l homme entre autres par la Chine, les pays de la Ligue Arabe et certains pays africains, lecture sélective qui ignore le caractère universel des Droits de l Homme. Les pays de la Ligue Arabe ont aussi une Charte des Droits de l Homme, mais fondée sur la Charia, ce qui est contraire à nos principes laïques, surtout en ce qui concerne la femme. Il a fait part de sa consternation à propos du taux de participation aux élections du parlement européen. Il a affirmé que, face aux extrémismes nationalistes en Europe, il était temps d arrêter d être politiquement correct et que les institutions européennes devraient déclarer sans ambages que ces nationalismes pourraient en fin de compte conduire à nouveau à la guerre. Il a plaidé pour un système « d Euro-formateurs » qui diffuseraient le message européen auprès des peuples d Europe. Il a aussi plaidé auprès de M.Barroso en faveur de la désignation d un Commissaire européen aux Droits de l Homme.

Il a souligné que bon nombre de nos membres attachaient une grande importance à l éducation surtout celle des jeunes. LAEPL demande à la Commission que, ensemble avec les Etats membres, elle prenne une initiative en faveur de la création d un cours obligatoire dans tous les établissements secondaires de l Union sur le pourquoi et le comment de la création de l Union européenne, sur ses réalisations et son avenir. Pour terminer, il a interrogé le président Barroso sur l attitude de celui-ci face au dilemme de la realpolitik et de la défense des droits de l homme.

Un premier représentant de la FEDERATION HUMANISTE EUROPEENNE s'est déclaré très heureux du progrès accompli par la Charte européenne des droits fondamentaux, mais que celle-ci ne va pas sociaux.

Le second représentant de la FEDERATION HUMANISTE EUROPEENNE a plaidé pour la neutralité politique de l'UE envers les religions et les organisations non confessionnelles mais signale que les religions bénéficient d'une position privilégiée. Il demandé que les droits humains soient respectés au sein de l'Union européenne et a donné l'exemple de la législation lithuanienne qui introduit une discrimination sur la base de la sexualité. Les Institutions européennes sont mieux placées pour promouvoir les intérêts à long terme des européens que les gouvernements nationaux qui sont

Le représentant le la NATIONAL SECULAR SOCIETY (UK) affirme que des pays islamiques sabotent les droits de l'homme aux Nations Unies. Il voudrait que l'UE agisse contre ces tentatives d'imposer la charia dans les pays de l'UE comme c'est le cas au Royaume Uni. Il donne l'exemple du Canada qui a interdit les tribunaux religieux et condamné l'attitude du Pape envers les homosexuel s et les lesbiennes. .

Le représentant du GRAND ORIENT DE BELGIQUE a demandé que les organisations religieuses et non confessionnelles soient traitées sur un pied d'égalité. Il a indiqué que les religions européennes traditionnelles utilisent les demandes de la religion musulmane pour obtenir de privilèges pour euxmêmes.

Deux représentants de la MAÇONNERIE ESPAGNOLE ont revendiqué le fait que la Maçonnerie espagnole représente la laïcité et les droits de l'homme. L' UE doit répandre l' "idée d'Europe", sa diversité, son unité et ses valeurs démocratiques. Ils appuient, face à la forte opposition de l'Église, les propositions de leur gouvernement concernant les modifications de la loi sur l'avortement, ainsi que la légalisation de l'euthanasie.

La représentante de la GRANDE LOGE FEMININE DE FRANCE signale que pour elle en tant que catholique la laïcité lui garantit sa propre liberté de conscience. Elle regrette beaucoup la crainte qu'ont les citoyens européens vis-à-vis de l'UE, laquelle est principalement due à leur ignorance desréalisations de l'UE. Elle témoigne aussi de sa propre expérience au Kosovo où la majorité de la

Le commissaire européen LOUIS MICHEL nous dit que la religion est revenue à l'avant -scène politique européenne. Il prend comme exemple la membre du Parlement bruxellois portant le voile islamique. Ildit que l'Europe n'est plus d'inspiration laïque comme c'était le cas dans le passé. Il est d'accord avec Mr Barroso qui la directive sur la discrimination. L'UE a dépensé 3 milliards d'Euros pour la promotion dans les paysigieux et non confessionnel.

Le commissaire européen JAN FIGEL a plaidé pour un enseignement européen du "vivre ensemble" età l'intégration et non à l'assimilation. L'élargissement de l'Europe concerne des peuples qui doivent .

Le budget pour l'éducation de l'UE est de 7 milliards d'Euros et une partie a été consacrée à des courssur la "mémoire" de façon à ce que les horreurs du nazisme et du communisme ne se répètent jamais.Il existe un plan pour que 2013 soit l'"Année européenne de la citoyenneté" en phase avec lesprochaines élections européennes.

Le Président PÖTTERING a conclu par un plaidoyer en faveur de la "tolérance et du respect", par lequel il entend "accepter les valeurs de ceux avec lesquels on n'est pas d'accord". Il est opposé àl'élimination d'églises en Arabie Saoudite où il y a des chrétiens. Il regrette que le Pape ait renoncé àune visite au Parlement européen par crainte de l'hostilité de certains de ses membres. Il refuse l'idéeque la vision d'un pays (France ou Belgique?) concerne les relations entre l'Etat et les religions soitimposée à d'autres pays europ éens ( Allemagne?) qui ont d'autres traditions. En ce qui concerne le faible taux de participation aux élections européennes, il a accusé les partispolitiques nationaux et les médias. Il a été heureux d'entendre les opinions des organisations nonconfessionnelles "même s'il n'est pas toujours d'accord avec elles" et demande que tous nousdéfendions nos valeurs communes.

Le président Barroso a clôturé la réunion en déclarant que:

· Il respecte nos points de vue et se souvient du temps où la franc-maçonnerie était un délit au Portugal et où certains maçons ont laissé leur vie pour la cause ;

· Bon nombre des problèmes soulevés au cours de la réunion étaient des problèmes propres à certains pays et non à l ensemble de l Union européenne ; La Commission européenne est « laïque, neutre et aconfessionnelle ».

· Personnellement, il croit à la séparation « du religieux et du politique ». Son contraire peut conduire à la dictature et au non respect des Droits de l Homme ;

· Il a dû se battre avec les Etats membres pour avoir plus de femmes commissaires;

· Il se fait des soucis à propos de l Islam en Europe et s interroge sur les limites de notre tolérance, ;

· Limmigration conduit à une augmentation du racisme d extrême droite sur la scène politique européenne. Il ne peut accepter la perte des valeurs fondamentales de l Europe. Cest pourquoi il a pris en son temps une position publique très ferme concernant le droit de publier les caricatures danoises qui ont tant fâch é les musulmans ;

· Sagissant de la demande de Tony de désigner un commissaire aux Droits de l Homme, la Commission sortante avait examiné la question et avait décidé que le président de la Commission présiderait un comité comprenant un certain nombre de commissaires, tous ayant d une façon ou d une autre des compétences dans le domaine des Droits de l Homme. La proposition de Tony;

· Quant à la realpolitik et les Droits de l Homme, il a eu de nombreuses bagarres avec les présidents russes et chinois et même avec Georges Bush junior à propos de Guantanamo. Il se déclare opposé à la peine capitale ;

· La faiblesse en matière de communication des institutions européennes est due au fait qu elle est dominée par les média et les gouvernements nationaux et que les média ne s intéressent guère aux affaires européennes ;

· Si la politique sociale européenne est le parent pauvre, c est que certains Etats membres insistent sur le fait qu il s agit en l occurrence d une compétence nationale et non européenne ;

· Il souhaite rester en relation avec nous tous et nous invite à continuer de lui envoyer des idées et suggestions via le BEPA (Bureau Européen des Conseillers Politiques). Il souhaite la poursuite du Dialogue avec les associations non -confessionnelles pour autant qu il soit réélu.

Conclusions

Nous n avons guère d illusion sur le fait que ce genre de réunion puisse changer quoi que se soit. Par ailleurs, la présence des personnalités présentes accompagnées de tant de conseillers et membres de Cabinets nous fait espérer le contraire. Au moins, la voix des humanistes nonconfessionnels s est fait entendre (et a sinon été écoutée). LAEPL est maintenant une entité officiellement reconnue par les Institutions européennes -confessionnelles.

Nous remercions tous les membres de la FEFM qui ont aidé à préparer cette réunion. Leur contribution fut t rès utile. N hésitez pas à nous envoyer vos réactions info@aepl.eu